Gilles de Rais - Jacques Heers.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gilles de Rais - Jacques Heers.

Message par Masques de Venise le Mar 16 Jan 2007 - 11:40



Comme dans "Les Négriers en terre d'islam", le but de Jacques Heers est ici de replacer les événements et les personnages dans leur contexte. Aussi fait-il voler en éclats nombre de fantasmes inspirés par la farouche personnalité du sire de Rais.

Bien avant la naissance de Gilles, les fiefs qu'il devait un jour vendre à droite et à gauche pour se procurer la solde de ses troupes, puis les ressources nécessaires au train de vie qui était alors celui de tout seigneur désireux de ne pas se faire oublier (et qui était, en outre, dans le cas de Gilles, maréchal de France depuis le sacre de Charles VII) firent l'objet d'une guerre larvée entre les héritiers de Jeanne de Chabot, dame de Rais, dite "Jeanne la Sage", morte veuve et sans postérité. En un premier temps, celle-ci avait adopté Guy II de Laval-Blaison mais, pour on ne sait quelles raisons, elle se ravisa et désigna la veuve de Pierre de Craon, Catherine de Thouars, et leur fils, Jean de Craon, qui sera le grand-père maternel de Gilles de Rais.

A l'arrière-plan déjà - et la chose est importante - le roi de France et le puissant duc de Bretagne veillaient, aussi peu disposés l'un que l'autre à voir ces fiefs, si nombreux qu'ils s'étendaient d'Ambrières, près d'Alençon, à Confolens, dans la région de La Rochelle (sans oublier un ou deux dans le Finistère, du côté de Fouesnant) revenir à un partisan de l'adversaire. L'occupation anglaise, pour laquelle la famille ducale, en la personne des Montfort, avait pris longtemps parti, était encore à l'ordre du jour et le futur Charles VII n'était toujours que "le soi-disant dauphin" de Bourges.

Finalement, un compromis fut adopté et l'on décida que Guy de Laval-Blaison épouserait la fille de Jean de Craon, Marie. De ce mariage, allaient naître deux fils : Gilles, seigneur de Rais et René, seigneur de La Suze. Tous deux perdirent leur parents en 1415, année terrible pour la chevalerie française puisque ce fut celle d'Azincourt, bataille où périt également leur oncle, Amaury de Craon. Faisant fi du testament de son gendre, leur grand-père monta aussitôt au créneau afin de récupérer la tutelle des deux enfants et ce fut de cette manière qu'ils passèrent sous le contrôle intégral de la famille de Craon.

Jean de Craon était expert en matière de violences et de magouilles machiavéliques. Il faut dire que lui-même avait de qui tenir puisque son père, Pierre de Craon, passait pour avoir assassiné Louis Ier, duc d'Anjou et était aussi responsable de la tentative de meurtre à l'encontre d'Olivier de Clisson, connétable de France. Cette hérédité a-t-elle vraiment pesée sur Gilles de Rais ? Si ce n'est génétiquement, en tous cas moralement, c'est certain. Si nous parlons de meurtre aujourd'hui, on peut douter que Jean de Craon n'ait pas présenté les choses de façon plus héroïque pour le bénéfice de ses petits-enfants.

Au reste, pouvons-nous lui donner tort ? L'Histoire, par l'entremise notamment de Jeanne d'Arc, a légitimé Charles VII et déconsidéré tous ses ennemis. Mais il fut bien une époque - dont nous ne pouvons nous faire qu'une très vague idée - où la propre mère du futur roi, Isabeau de Bavière, soutenue par son beau-frère et amant, Louis d'Orléans (lequel n'était pas pire, en ce sens, qu'un Pierre de Craon), faisait déclarer le jeune Charles "soi-disant dauphin" par son pauvre fou de mari. Ce qui revient à dire que, les dés fussent-ils retombés autrement, la France aurait réellement pu devenir alors possession du roi d'Angleterre.


Quoi qu'il en soit, la violence est présente dans la famille de Craon et dans celle de Rais. Plus que les gènes, les temps l'exigent : si l'on veut survivre, il faut choisir son camp, éventuellement en changer au gré des circonstances et surtout se battre.
Même dans le mariage, la violence apparaît : Gilles de Rais vient d'avoir 16 ans lorsque, avec l'aval probable de son grand-père, il fait enlever sa future épouse, Catherine de Thouars, pour l'épouser sans cérémonie devant un moine dont l'Histoire n'a pas retenu le nom.

Scandale énorme : les jeunes gens sont parents au quatrième degré et la famille de Thouars était opposée à l'union. Là encore, d'intrigue en pression, Jean de Craon remportera la manche et le mariage sera validé par l'évêque d'Angers deux ans après la première cérémonie.

Si Pierre de Craon avait oeuvré plus pour le roi d'Angleterre que pour le roi de France, son fils avait fini par se ranger du côté du duché d'Anjou et de Yolande d'Aragon qui était aussi la belle-mère du futur Charles VII. Du coup, Gilles de Rais se plaça presque tout de suite au service du roi de Bourges. Mais, selon l'usage de l'époque, les troupes qu'il levait demeuraient à sa charge et, pour tenir son rang, notamment à Chinon où il fut l'un des premiers nobles à voir Jeanne d'Arc qui arrivait de Vaucouleurs, le sire de Rais ne disposait peut-être pas d'autant d'espèces sonnantes et trébuchantes qu'on a bien voulu le dire.

A l'exemple de beaucoup de grands seigneurs de cette époque, Gilles de Rais est un composé de sauvagerie et de raffinement. Fier de son sang et de son rang, il entend le tenir avec faste et bravoure. Pas plus qu'on ne le verra jamais fuir sur les champs de bataille, il ne renoncera jamais aux dotations qu'il aimait à faire à des ordres religieux et ill ne renoncera pas non plus à la chapelle privée, avec choeur et chantres, qu'il traînait toujours à sa suite. Car le psychopathe qui dormait en lui appréciait fort la musique sacrée.

Bien après le siège d'Orléans, auquel il participa aux côtés de Jeanne d'Arc - mais aucune archive ne nous dit s'ils se cotôyaient aussi fréquemment que l'ont affirmé certains modernes - Gilles de Rais faisait aussi représenter chaque année dans la ville "Le Mystère d'Orléans", une pièce de plus de 20 000 vers, avec acteurs, costumes et décors, qui retraçait l'intégralité de ce haut fait d'armes et le représentait surtout à son avantage, dans un rôle de décideur qu'il ne tint sans doute pas. Tout cela à ses frais, bien entendu, pour que ni le peuple, ni le Roi désormais bien installé ne vinssent à l'oublier.

Tout cela coûtait cher et, revenu dans ses terres bretonnes, le sire de Rais était également redevenu l'un de ces vulgaires chefs de bande que l'autorité royale cherchait insidieusement à réduire. Il ne pouvait pas non plus compter sur les travaux d'alchimie qu'il patronnait depuis pas mal de temps : la Pierre philosophale courait toujours ... D'où l'escalade bien naturelle, de l'alchimie - tolérée par l'Eglise, soulignons-le - à la sorcellerie - ou prétendu telle.

Jean de Craon est mort, Gilles de Rais est seul, face à lui-même et à une existence où ses rêves de gloire et de fastes se sont noyés. Le besoin d'argent le tient à la gorge et il se met à vendre ses terres, au grand dam de ses héritiers mais aussi du duc de Bretagne et de Charles VII. Enfin, il se laisse envahir par la violence qui, chez lui, devait trouver un exutoire sur les champs de bataille : les rapts et les meurtres d'enfants, peut-être commencés dès le retour d'Orléans, peut-être bien avant, prennent la triste ampleur qu'on leur connaît.

Jacques Heers ne s'attarde pas aux chiffres donnés qui ne sont guère fiables compte tenu des conditions précaires qui étaient celles de l'époque. Il se contente de citer les sources connues : témoignages de parents ou de voisins recueillis par les deux tribunaux devant lesquels comparut Gilles de Rais. Car il y eut en fait deux procès à Nantes :

a) un procès civil,
qui ressortait du duc et du Parlement de Bretagne, et qui jugeait les crimes de félonie (l'affaire Le Ferron et diverses exactions accomplies par Gilles et ses troupes en temps de paix) et les crimes de sang (les meurtres d'enfants) ;

b) un procès ecclésiastique (mais non dirigé, contrairement à ce qui a été affirmé trop souvent, par l'Inquisition) amené à juger les accusations d'hérésie, de sorcellerie et d'idolâtrie lancées contre l'accusé.

Certes, on peut à bon droit s'interroger sur l'intégrité de Jean de Malestroit, évêque du Mans, dont les louvoiements entre le duc de Bretagne, les Anglais et la cour de France avaient fait un personnage suspect, y compris à ses contemporains. Mais on ne peut évidemment contester les preuves et les témoins, non plus que les aveux de Gilles de Rais.

Homme de son temps, guerrier valeureux mais personnalité psychique fragile, Gilles de Rais était bel et bien un psychopathe pédophile que rien ne peut réhabiliter.
avatar
Masques de Venise
Homme du peuple
Homme du peuple

Féminin
Nombre de messages : 112
Age : 57
Localisation : Région parisienne
Loisirs : Livres & Mots.
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum