Andy Warhol - Victor Bockris.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Andy Warhol - Victor Bockris.

Message par Masques de Venise le Mar 20 Fév 2007 - 21:53

Figure très controversée et haïe même par ses pairs de son vivant, Andrew Warhola, dit Andy Warhol, n'en demeure pas moins l'un des artistes-clefs du XXème siècle. Simplement, il ne faut pas se laisser aveugler par le rapport vraiment étrange que cet homme qui, d'instinct, savait si bien aller à l'essentiel d'une image ou d'un visage, entretint toute sa vie avec le "Paraître."

C'est dans l'enfance peu aisée du petit Andrew - il été né le 6 août 1928 à Pittsburgh, dans un milieu d'ouvriers tchèques immigrés - que l'on doit chercher la clef de son avidité envers l'argent et la reconnaissance sociale que celui-ci apporte. Tout comme c'est dans sa sexualité souvent volontairement brimée - parce qu'il redoutait de souffrir et se voulait toujours "en-dehors", extérieur aux autres, y compris à ses amants - que gît l'extraordinaire qualité de la plupart de ses toiles - si l'on excepte les commandes qu'il qualifiait lui-même d'"alimentaires" et assurait "haïr : pour Warhol, bien souvent, le travail remplaça la sexualité, surtout quand il eut compris que réprimer l'une donnait plus de puissance à l'autre.

Qu'avons-nous retenu d'Andy Warhol ? En général l'image d'une petite silhouette maigrichonne, vêtue de noir, avec une tête et des yeux d'albinos, que surmonte un incroyable toupet de cheveux artificiels, le plus souvent platine ou blancs. Des noms de produits typiquement américains : Coca-Cola, Campbell Soup, Brillo, etc ... Une succession de visages sérigraphiés : Marilyn Monroe (la première), Liz Taylor mais aussi Elvis Presley, Mick Jagger, et tant d'autres ... Des histoires de souffre et de drogue avec les films de Paul Morrissey et les hôtes scandaleux de la première Factory. Des morts aussi : des drogués qui se jettent par la fenêtre ou qui meurent dans leurs vomissements mais qui, tous, ont vécu dans l'entourage de Warhol et que celui-ci a dignifiés, statufiés (exploités, pressés comme des citrons, dira-t-on aussi), peints, filmés, enregistrés pour la postérité. Un entassement de collections inimaginables dans l'appartement de la 66ème Rue qui fut le dernier occupé par Warhol. Une légende de clinquant et de luxe outrancier assortie d'un mot qui fera le tour du monde - et qui a encore de beaux jours devant lui : "Dans le futur, tout le monde aura droit à son quart d'heure de célébrité."

Et pourtant, Andy Warhol fut aussi un bébé joufflu, un jeune homme assez rondouillard et, plus tard, un homme disposant d'une séduction physique dont il douta toujours. S'il portait toujours une perruque, c'est qu'il ne supportait pas sa calvitie. Bien loin de peindre dans la facilité, c'était un bourreau de travail et un artiste consciencieux. Rejeté par le gratin artistique new-yorkais sous prétexte qu'il venait de la publicité, lui - qui ne pouvait supporter l'idée même de rejet - se vengea en imposant à ceux qui l'avaient hué un art beaucoup plus profond qu'il n'en a l'air mais qui, parce qu'il tire certaines de ses caractéristiques du monde de la publicité, évoque au profane ou au "beauf" l'idée d'une fausse superficialité. Quand on revoit aujourd'hui les films qu'il tourna et fit tourner, on retrouve là encore un même désir de solidité et de profondeur. De son incursion dans le milieu musical, il reste le "Velvet Underground", la voix de Nico et, bien sûr, Lou Reed.

Bref, à l'image de ses sérigraphies, qui représentent en principe un seul et même visage et dont pourtant, du fait de la distorsion obtenue par les multiples utilisations de l'écran de soie, aucun ne ressemble au précédent, Andy Warhol était un artiste complexe et bien éloigné de l'image - néantissime, il faut bien l'avouer - que, dans une ultime pirouette et peut-être pour éviter un rejet ultime, ce grand timide chercha à donner de lui-même.
avatar
Masques de Venise
Homme du peuple
Homme du peuple

Féminin
Nombre de messages : 112
Age : 57
Localisation : Région parisienne
Loisirs : Livres & Mots.
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Andy Warhol - Victor Bockris.

Message par Masques de Venise le Mar 20 Fév 2007 - 21:53



La biographie de Victor Bockris est l'une des meilleures qui aient jamais été consacrées au "Pape" du Pop-Art. Sans forcer sur le souffre, encore moins sur l'hagiographie, elle nous rappelle les principales étapes de la vie d'Andy Warhol :

1) l'enfance, couvée par la mère, Julia Warhola, à laquelle Andy restera toujours viscéralement attaché même s'il refusera de la voir sur son lit de mort, voulant, comme il le déclara, "conserver le souvenir de Maman telle qu'elle était", auprès d'un père travailleur mais autoritaire qui lèguera à son fils cette façon paternaliste avec laquelle, jusqu'au bout, l'artiste ne cessera de "coacher" son entourage ; et bien entendu la jeunesse, ce talent indéniable qui s'affirme très tôt et choque le milieu des Beaux-Arts à Pittsburgh, enfin le premier groupe d'amis des deux sexes qui ne survivra pas à la réussite new-yorkaise ;

2) l'apprentissage publicitaire à New-York avec l'image de Warhol, perdu dans la solitude qui, en dépit des groupies de tous sexes qui se pressaient à ses côtés, le faisait appeler les gens la nuit, un peu comme Monroe, rien que pour avoir une voix à laquelle parler ... Il se sentait parfois si seul que, certains jours, il était heureux de voir les cafards dans sa cuisine. Et puis les premiers succès, le nom qui s'installe ... mais dans la publicité ;

3) la révélation du Pop-Art, à l'automne 1960, lorsque Warhol se décide à peindre "des objets populaires" du XXème siècle, telles les fameuses bouteilles de Coca-Cola ... et les boîtes de soupe Campbell. En 1962, à l'annonce de la mort de Marilyn, Warhol s'attaque à sa première sérigraphie : il sait bien qu'il est un artiste, un vrai, mais désormais, les autres le savent aussi ;

4) la période de la Factory, celle où Bockris dépeint son héros comme un "ange noir" car il s'acharnait alors à mettre en présence l'une de l'autre des personnalités instables, déséquilibrées par leur enfance (riche ou pauvre) et par leur addiction à l'alcool, à la drogue, au sexe. Dans les photographies incises au milieu de l'ouvrage, l'une d'elles représente Warhol et toute son équipe. Assis à l'extrême-droite, il a l'oeil collé à un appareil photographique et renvoie ainsi son regard au photographe. Et après tout, Andy Warhol ne fut-il pas le Voyeur par excellence ?

5) l'après-Solanas,
du nom de Valérie Solanas, la féministe complètement déglinguée qui tira sur Warhol dans l'après-midi du 3 juin 1968, le conduisant ainsi à une mort clinique dont il émergea par pur miracle. Période de repli sur soi et de paranoïa exacerbée où, pour la première fois peut-être, l'artiste remet en cause son rapport avec la célébrité ;

6) et enfin l'après-Julia, quand Warhol perd sa mère et, peu à peu, se dirige lui aussi vers la Mort, lui qui un jour avait déclaré : "J'ai compris que tout ce que je faisais avec un rapport avec la Mort." La façon dont furent escamotés par Fred Hughes les biens qu'il possédait dans l'appartement de la 66ème Rue laisse au lecteur une poignante sensation d'amertume. De même la mort "bête", stupide de Warhol est assez dure à avaler.

Pour conclure, je cite ici le mot de John Russell dans le "New York Times" du 23 février 1987 :

"[...] ... A la postérité de décider si son époque a mérité Andy Warhol et si elle a eu de la chance de l'avoir. ... [...]"
avatar
Masques de Venise
Homme du peuple
Homme du peuple

Féminin
Nombre de messages : 112
Age : 57
Localisation : Région parisienne
Loisirs : Livres & Mots.
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum