Caractéristiques d'un Etat hellénistique

Aller en bas

Caractéristiques d'un Etat hellénistique

Message par Elessar le Mer 2 Jan 2008 - 20:26

Le propre de l’administration hellénistique est la monarchie. La polis, chère aux Grecs et propre à l’époque classique subit une déchéance à l’époque hellénistique. Pourtant les cités n’ont ni disparues ni perdu l’ambition qui était leur raison d’être. Mais elles sont condamnées par l’amenuisement de leur territoire, de leur population et de leurs ressources. Dans la Grèce classique, les cités ont une taille adaptée pour le monde auquel elles sont confrontées. A l’époque hellénistique, face à l’élargissement du monde grec, elles ne peuvent lutter contre les grands Etats formés. La puissance qui était leur à l’époque classique n’est plus. Le déplacement des courants
économiques affaiblit leur revenu : avant tout était centré sur la Grèce, à l’époque hellénistique, l’orient est entré en jeu. Sur le plan militaire, les progrès réalisés à l’époque hellénistique sont sans précédent : nouvelles machines, nouvelles stratégies,…Il n’est plus possible de résister aux armées de professionnels avec de la milice civique qui était couramment usitée à l’âge classique. Les villes sont également contraintes de bâtir de nouvelles murailles car, à l’époque hellénistique, les sièges étaient fréquents. A l’époque classique, les batailles se jouaient le plus souvent en batailles rangées et les sièges, faute de techniques perfectionnées n’étaient pas privilégiés.

Face à cette déchéance de la polis, certains cherchent leur salut dans une politique nouvelle : les Confédérations. La réunion de petits Etats permet de créer des cités plus étendues et plus peuplées qu’à l’époque classique. Avec cette politique propre au monde hellénistique, les cités arrivent à se renforcer. Par exemple, Athènes avait unifié toute l’Attique. L’innovation de la période hellénistique n’est pas dans l’invention de ce système mais dans sa multiplication. A l’époque classique, une cité exerçait son hégémonie sur sa Confédération. A la période hellénistique, les cités se sentent toutes égales et participent toutes à l’effort collectif. Les cités prédominantes de
l’âge classique apprécient donc peu les Confédérations. De plus, des peuples qui ne jouaient pas ou peu de rôle politique à l’âge classique prennent une importance certaine sur l’échiquier politique de l’époque hellénistique. Ainsi, les citoyens, à l’inverse de l’époque classique, possèdent une double nationalité : celle de leur cité et celle de leur Confédération. Les cités adhérentes perdent de leur indépendance, valeur si chère de l’époque classique. Aucune cité coalisée ne peut avoir un gouvernement central et en cela l’époque hellénistique garde la tradition classique de la polis : la cité s’administre elle-même. Ainsi, le gouvernement traditionnel de l’âge classique a bien disparu : le mode de gouvernement de la polis n’est utilisé que dans les cités faisant partie d’une Confédération. La multiplication de ces dernières est par ailleurs une réelle nouveauté. Mais la vraie nouveauté à l’époque hellénistique dans le gouvernement, c’est la monarchie. C’est le système le plus répandu à l’époque hellénistique.

Le régime « républicain » ne subsiste plus que dans une partie infime du nouveau monde grec. La monarchie l’emporte presque partout. Il subsiste des différences entre chaque monarchie (par exemple, le roi lagide se donne des titres attribués aux pharaons comme Horus Rê) mais le système dans son principe est le même. Beaucoup de choses se retrouvent au niveau des institutions de ce mode de gouvernement.

Le pouvoir royal

Le roi est le chef de l’armée, il est législateur et use de ce pouvoir seul. Il publie des ordonnances, adresse des circulaires et répond aux questions. Il est également le juge suprême. Il y a cependant une exception à cela : dans la tradition macédonienne, l’assemblée du peuple en armes juge les procès de haute trahison. Le roi doit également prendre compte des doléances de ses sujets. Malgré le caractère absolutiste de ce gouvernement, certains souverains aidés par les nouvelles philosophies ont exercé parfois le pouvoir avec un haut degré du sens du devoir et de la dignité. Le roi nomme qui il veut à n’importe quel poste. L’unique chose motivant son choix est la faveur.

L’entourage du souverain et la politique

Le roi augmente sa réputation en fonction de la valeur et de la moralité de son entourage. Il doit tenir compte de l’opinion des soldats et des gens du peuple. La cour est aussi une institution hellénistique : les intrigues jouent des rôles. Pourtant, la naissance et la richesse ne sont pas des éléments déterminants dans les nominations administratives. Bien sûr, cela n’est pas sans jouer un rôle. Evidemment, les enfants de hauts rangs sont élevés au palais et côtoient le futur souverain ce qui les aidera dans l’accession aux
fonctions administratives et militaires. Pourtant ces charges ne leur sont pas uniquement réservées et le talent prévaut. La chance est d’ailleurs souvent laissée aux talents : mieux vaut quelqu’un d’habile et de basse naissance qu’un homme de haut rang parfaitement incapable dans sa charge. Toutefois, des charges requérant un haut degré de confiance sont laissées à des gens de hauts rangs. Le monde hellénistique est un vaste ensemble où les Grecs se déplaçaient pour offrir leurs talents à différents maîtres. La seule caution, c’est l’hellénisme.


Le gouvernement central

Le roi n’est pas qu’un simple chef d’Etat. Il est un être doué capable de susciter des allégeances. Ainsi, ceux qu’il emploie sont rangés au même rang que les courtisans. Ces derniers sont parfois très nombreux et le roi choisit parmi eux ceux aptes à l’aider. Ils sont chargés d’éclairer le roi car un souverain faisant fi de cette mesure passerait pour le pire des despotes. Le roi choisit aussi dans cette foule ses généraux, ses ambassadeurs, ses ministres. Pourtant des charges complexes nécessitent une spécialisation ce qui explique qu’un homme après avoir exercé un haut commandement militaire n’en exerce plus qu’un petit. Pourtant, parfois, un personnage dans cette cour ce détache par un éclat particulier et peut devenir le principal
conseiller du roi (le préposé aux affaires chez les Séleucides).

L’administration locale

Pour ce qui est des monarchies attalide et antigonide, nous ne savons presque rien de l’administration locale. En revanche, l’administration séleucide et lagide se ressemblent en de nombreux points. Il est impossible d’établir des traits généraux à l’administration locale hellénistique.


Intermédiaires et privilèges locaux

Un roi doit veiller à ce que son autorité et donc son administration soit partout égale et toute puissante. Cela est très difficile. Le roi, sur les parties les plus étendues de son territoire, exerce une autorité sans limite et par le seul biais de ses agents. A la périphérie d’un royaume, des rois vassaux ne font que rendre hommage lorsque le roi se trouve à proximité avec une puissante armée. Il y a aussi des dynastes maîtres d’un trop petit territoire pour se faire couronner. Il y a également les domaines de temples gérés par le clergé ce qui constitue de véritables états théocratiques. Il y a aussi des peuples qui appliquent leurs lois et désignent leurs chefs. Et puis il y a les cités. C’est donc une anarchie intérieure qui guette ces monarchies déclinantes. Les cités possèdent parfois une administration interne, ce qui pose des problèmes entre le souverain et la cité. Le roi ne peut laisser les cités nouer des relations avec l’extérieur. Le monarque ne désire pas de rébellion. Le roi dispose alors de plusieurs solutions pour éviter ces problèmes : garnisons, tributs plus ou moins lourds, privilèges commerciaux ou religieux. Ainsi le roi traite la cité en fonction de son mérite. Mais une autre solution est envisageable, et celle-ci est plus simple : le souverain peut placer un « gouverneur » dans ses villes qui pèsera sur l’administration de la cité. Ainsi, malgré l’ingéniosité dont elle fait preuve, la monarchie hellénistique n’est pas arrivée à supprimer le système classique de la polis.

La richesse

Le souverain, malgré de nombreuses difficultés, doit assurer deux choses matérielles propres à la monarchie : la force militaire et la richesse. Une grande partie des ressources financières vient de l’exploitation de la campagne qui est la possession propre et directe de la monarchie. Dans toutes les monarchies, les biens royaux sont diminués par les présents qu’il plaît au roi d’attribuer pour tel ou tel service. Le roi possède des esclaves surveillés par des intendants permettant l’exploitation directe de ces biens. Souvent, l’exploitation de ces biens se fait par des fermes ce qui laisse soumise la population et les obligations dues à cause des fermes sont fixées par le bon plaisir du souverain. A ces revenus s’ajoutent les impôts, il en existe de nombreuses variétés (voir II). Les dépenses royales sont très
lourdes et, au bout d’un moment, aucune monarchie n’est en mesure de
payer une armée correspondant à ses besoins.


La force militaire

Voila une autre caractéristique des nouvelles monarchies. Chaque souverain doit être fort pour se défendre contre ses voisins. Les monarchies ont donc besoin d’une armée permanente dont n’avait pas besoin les polis de jadis. On a donc la garde royale et les garnisons réparties dans tout le royaume. La guerre à cette période est beaucoup plus compliquée qu’à l’époque classique. Les armées se diversifient avec des corps d’unités spécifiques. Pour ces unités, les rois font appel aux indigènes. Les meilleurs soldats et ceux en qui la monarchie hellénistique a le plus confiance sont les grecs et plus particulièrement les macédoniens. Pour s’assurer la victoire, un souverain hellénistique doit posséder des phalanges macédoniennes et la
cavalerie lourde qui donna à Alexandre toutes ses victoires. Les armées
hellénistiques sont des gouffres financiers. Et dès le II eme siècle, c’est la suprématie militaire de Rome qui s’affirme. La politique des rois hellénistiques formée par l’orgueil de la caste des Grecs les amène à ne pas entraîner suffisamment les Orientaux et cela précipitera leur chute.
avatar
Elessar
Esclave
Esclave

Nombre de messages : 19
Age : 26
Date d'inscription : 02/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caractéristiques d'un Etat hellénistique

Message par Upomavick le Ven 4 Jan 2008 - 22:35

L’administration locale


Pour ce
qui est des monarchies attalide et antigonide, nous ne savons presque
rien de l’administration locale. En revanche, l’administration
séleucide et lagide se ressemblent en de nombreux points. Il est
impossible d’établir des traits généraux à l’administration locale
hellénistique.

je en sais pas si nous pouvons dire quelles se ressemblaient tant que cela. Elles étaient les hériatges des pouvoirs qui les avaient précédés. Si on retrouve une certaine homogénéité dans les pouvoirs locaux égyptiens, c'est moins vrai pour les séleucides. Le territoire de leur empire est très vaste et tres différent d'un endroit à l'autre. Il faut l'adapter au terrain si j'ose dire.
Ainsi dans une ordonnance d'Antiochos III que nous possédons en trois exemplaires (voir mon sujet sur la divinisation des souverains hellénistiques), nous avon strois personnages avec trois fonctions identiques (ils sont satrapes) mais avec des administrations très différentes. Certaines sont civiles d'autres sont militaires.

_________________
Damien
avatar
Upomavick
Modérateur
Modérateur

Masculin
Nombre de messages : 346
Age : 34
Localisation : Samaravia, Germanie Inférieure, Civitas Tungrorum
Activité : licencié en histoire de l'antiquité
Loisirs : Théatre, Histoire, Astronomie
Date d'inscription : 25/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://damienmarcellin.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caractéristiques d'un Etat hellénistique

Message par Elessar le Sam 12 Jan 2008 - 21:45

Je suis tout a fait conscient de cette erreur. J'ai vu que l'administration séleucide s'adaptait aus terrains et aux peuples soumis. En revanche j'ai essayé de brosser des traits communs ce qui n'est pas chose aisée. Si il y a d'autres erreurs, je vous en prie signalez les moi.
avatar
Elessar
Esclave
Esclave

Nombre de messages : 19
Age : 26
Date d'inscription : 02/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caractéristiques d'un Etat hellénistique

Message par Upomavick le Sam 12 Jan 2008 - 22:23

Mes conaissances de l'administration séleucide s'arretant là je ne sais pas. Non pour un brossage d'ensemble c'était réellement intéressant.

_________________
Damien
avatar
Upomavick
Modérateur
Modérateur

Masculin
Nombre de messages : 346
Age : 34
Localisation : Samaravia, Germanie Inférieure, Civitas Tungrorum
Activité : licencié en histoire de l'antiquité
Loisirs : Théatre, Histoire, Astronomie
Date d'inscription : 25/02/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://damienmarcellin.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caractéristiques d'un Etat hellénistique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum